• Pour un Peuple libre et maître de son destin
    Pour un Peuple libre et maître de son destin
  • Pour une Europe de la coopération entre les Nations
    Pour une Europe de la coopération entre les Nations
  • Pour une Nation refondée autour des valeurs de la République
    Pour une Nation refondée autour des valeurs de la République
  • Pour un État fort protecteur et reconnaissant le mérite
    Pour un État fort protecteur et reconnaissant le mérite
  • Pour une France d'avenir
    Pour une France d'avenir

Pourquoi Notre France ?

 

Les dernières élections ont bouleversé les clivages politiques. Une pensée unique, qui rejette dans la radicalité une majorité de Français, s’est installée au pouvoir. Ces radicalités ne pouvant s’unir, le risque est que notre démocratie se bloque jusqu’à ce qu’apparaissent des tensions mettant en danger l’unité du pays. Pour éviter de glisser sur cette pente fatale, il faut que renaisse sur la scène politique un grand mouvement, capable de réunir les classes populaires et les classes moyennes dans un rassemblement national qui dépasse les clivages partisans et les intérêts particuliers.

 

Nous sommes des Français de toutes origines, ouvriers, artisans, employés, fonctionnaires, chefs d’entreprise, cadres ou étudiants, tous unis autour d’une certaine idée de la France. Notre France, ce n’est pas celle qui se soumet à ce qu’on veut lui imposer. Notre France est libre et courageuse, juste et protectrice, ambitieuse et ferme sur ses principes. Notre France appartient à tous les Français.

 

Rejoignez-nous pour mobiliser et convaincre, influer sur les décisions locales et nationales, accéder à des responsabilités, et reprendre en main le destin de la France.

 

 

Martial Sciolla

Président    

Georges Koch nous rejoint !

Cher Martial,

Ma réflexion sur la charte des valeurs du mouvement que tu animes, dans laquelle je retrouve, actualisés, les fondamentaux du gaullisme auquel je suis attaché depuis toujours, m’impose aujourd’hui de vous rejoindre avec la ferme volonté de participer à vos cotés à la reconstruction d’une France affaiblie voire ruinée par des ambitions partisanes et personnelles bien éloignées de l’intérêt général de notre pays.

Oui pour un peuple libre !

Oui pour une Nation refondée dans une Europe solidaire et dans un monde respectueux !

Oui à un État fort seul garant et responsable du renouveau d’une France ouverte au monde !

Oui à une France digne de son Histoire !

Je veux être fier de mon pays. Avec vous !

 

Georges Koch

 

 

Georges Koch nous rejoint !

 

Premier maire adjoint de la ville de Meudon où il est élu depuis 1989, Gaulliste de toujours, européen convaincu, il a reconnu dans notre charte les valeurs qu’il a toujours défendues.

 

Chevalier de la Légion d’Honneur, Commandeur de l’Ordre National du Mérite, Officier des Palmes Académiques, Officier de l’Ordre National du Mérite des républiques d’Allemagne, de Pologne et de Slovaquie, il a obtenu ces distinctions en reconnaissance de son engagement fidèle à ses convictions et d’un travail inlassable pour la cause de sa ville, de la France, de l’Europe.

 

Nous l’accueillons avec fierté, convaincus qu’il mettra sa longue expérience au service de notre juste combat dans un monde politique ravagé par les ambitions et les intérêts personnels.

 

Son adhésion à notre mouvement nous conforte et nous permettra, sans nul doute, de franchir un nouveau palier dans notre démarche marquée par le refus de la résignation, et par les ambitions nourries de notre espérance.

 

 

Martial Sciolla

Commémoration pour la Force de police auxiliaire

De gauche à droite : Smail Khaldi, trésorier de France Police et président de Citoyenneté française ; Martial Sciolla ; Michel Thooris, secrétaire général de France Police ; Abdallah Krouk, président du Mouvement national de la Résistance harkie ; Franck Jimenez, secrétaire national de France Police.

 

Chers Compagnons, chers amis,

 

Notre France était honorée de participer à la pose de la plaque commémorative de la Force de police auxiliaire (1959-1962) de la Préfecture de Paris.

 

Cette manifestation, organisée sous l’égide du syndicat France Police à l’occasion de l’inauguration de leur jardins partagés à Bazoches-lès-Bray (Seine-et-Marne), était destinée à rendre hommage aux citoyens français harkis. Par leur action courageuse, de 1959 à 1962, la Force de police auxiliaire, composée de combattants français harkis, a permis de déjouer de nombreux attentats sanglants visant la population française de métropole, et ainsi de sauver de très nombreuses vies. Ces citoyens français héroïques ont payé de leur sang leur engagement au service de la France, en voyant tomber au combat bon nombre d’entre eux.

 

La participation de Notre France à cette cérémonie nous est apparu nécessaire et importantes pour trois raisons essentielles :

 

  • D’abord, afin de manifester notre soutien à nos forces de police et plus largement à toutes les forces de sécurité françaises. En effet, comment peuvent-elles assurer la sécurité des Français, si elles ne sont pas en sécurité elles-mêmes ? Comment peuvent-elles combattre efficacement la délinquance, le crime et le terrorisme si l’État ne leur en donne pas les moyens nécessaires ? Comment peuvent-elles garder la force morale nécessaire à accepter des conditions de vie familiale difficiles, si nous ne leur permettons pas de vivre dignement avec leurs familles ? Comment leur donner le courage nécessaire jusqu’à aller mettre en danger leur propre vie, si elles ne ressentent pas l’amour et le respect de leurs concitoyens ? C’est à toutes ces questions que Notre France veut apporter des réponses.
  • Ensuite, car si nous ne voulons pas d’une repentance perpétuelle de la France, il nous apparait fondamental de reconnaître le sort injuste réservé à ces Français, combattants harkis qui ont, pour l’amour de la Nation, combattus sur tous les champs de bataille depuis la conquête de l’Algérie, en passant par la libération de la France en 1944, et versés leur sang de père en fils. La France était leur idéal, les Gaulois étaient leurs ancêtres, et malgré cela nous avons commis l’erreur pour certains de les abandonner aux mains de l’ennemi et pour d’autres de les accueillir dans des conditions déshonorantes. La France est un grand pays, elle doit accepter de reconnaître ses erreurs en honorant ces combattants héroïques. La France a le devoir impérieux de reconnaître leur citoyenneté pleine et entière.
  • Enfin, car la France menacée par tous les communautarismes que les gouvernements ont laissé se développer, soit par électoralisme, soit par lâcheté, est en danger. Le devoir nous commande de reconstruire notre Nation avec comme principe de n’accepter qu’une seule communauté nationale. Elle-même composée de personnes, au-delà de leurs origines et religion, aimant notre culture, désireuses de partager notre Histoire, respectueuses de nos traditions et désireuses de construire un avenir commun. Ainsi en bâtissant des passerelles entre le passé et le présent, par la reconnaissance de la Nation à toutes les personnes prêtes à œuvrer pour elle, nous donnerons l’exemple que la France est éternelle et que chacun a le droit d’y vivre en paix et le devoir de participer à sa grandeur.

 

Je renouvelle ainsi tous mes remerciements aux organisateurs de cette commémoration, ainsi que l’immense honneur que nous avons ressenti à leur invitation.

 

 

Martial Sciolla

Assez, Assez, Assez !

Après le pouvoir d’achat des retraités, des bénéficiaires des APL, c’est au tour des demandeurs d’emploi. 

Non les demandeurs d’emploi ne sont pas dans leur immense majorité des tricheurs, ce sont des gens honnêtes qui préfèreraient travailler, toutes les enquêtes menées par Pôle Emploi le prouvent. 

 

Emmanuel Macron, en vous en prenant aux plus modestes, aux plus fragiles, vous voulez mettre à genoux le peuple de France. 

Toutes les catégories que vous frappez par vos mesures injustes, anti-sociales et arbitraires, ont construit leurs vies avec le contrat social du CNR. 

Que va devenir le retraité, qui à force de voir son pouvoir d’achat diminué, ne pourra plus vivre dignement après plus de 40 ans de travail ?

Que va devenir le salarié qui, à cause de votre politique néolibérale sauvage, verra son entreprise délocalisée, et perdre son emploi ? Comment pourra-t-il payer ses crédits et notamment concernant sa maison ?

 

Peuple de France ne te laisse pas manipuler par la seule politique dans laquelle excelle Emmanuel Macron : « diviser pour régner ». Chacun d’entre nous sera un jour retraité. Chacun d’entre nous peut être un jour frappé par le chômage. 

Ce n’est qu’en étant solidaires les uns des autres que nous serons forts. 

Ce n’est qu’en nous regroupant que nous serons pris au sérieux et écoutés. 

Ce n’est qu’en militant activement politiquement que nous obtiendrons des résultats. 

 

Notre France ne se couchera pas pour mourir !

 

 

Martial Sciolla

Henri Guaino : notre Président d'Honneur

La Nation est redevenue la grande question politique de notre temps. Parce que la Nation, une fois de plus dans l’histoire, se défait.

 

Faisons de la politique autrement qu’avec les mots de la publicité posés sur les idées à la mode. Parlons des sujets sérieux, des grands choix politiques et d’abord le premier d’entre eux. Au milieu des bouleversements du monde et de la société, contre l’air du temps, pour garder l’équilibre et rester libres, il nous faut refaire une Nation, remettre de l’ordre dans les institutions, la société et l’économie, tout en impulsant le mouvement qui porte à aller de l’avant les hommes et les peuples.

 

Refaire une Nation c’est redonner au peuple la capacité à dire non à tout ce qui menace de l’asservir. Refaire une Nation, c’est rendre sa souveraineté au peuple contre tout ce qui la confisque : gouvernement des juges, autorités indépendantes, effacement des frontières, dumpings de toutes sortes, libre échange intégral, marchés dérégulés, fédéralisme. Refaire une Nation, c’est exigeant. C’est mobiliser toutes les forces vives de la Nation contre la désintégration sociale et culturelle, l’entre soi des communautarismes (ethniques, religieux, linguistiques, régionalistes…), le culte des origines, la guerre des mémoires, en leur opposant l’égalité des droits et des devoirs, l’assimilation qui est le partage d’une histoire, d’un art de vivre, d’une culture, d’une politesse, d’un imaginaire commun ; en leur opposant le refus obstiné de tout séparatisme culturel, mais aussi la récompense du mérite, de l’effort, du travail, la reconnaissance du talent et de la solidarité nationale pour les perdants d’une mondialisation qui n’est pas toujours heureuse et pour ceux que les accidents de la vie, la maladie, l’âge poussent à l’écart et auxquels il doit être permis de vivre dignement dans la société. L’ordre et le mouvement, la fermeté des principes et la générosité, le cœur et la raison.

 

La Nation est un partage et une exigence : nous ne partageons pas bien et nous avons perdu de vue l’exigence. La France est un trésor que chaque génération depuis des siècles a enrichi. Nous lui devons d’être ce que nous sommes et d’abord un peuple libre qui peut choisir de vivre comme il le souhaite et d’écrire lui-même son histoire. Le nationalisme est dangereux. Mais le reniement de la Nation dans ce qu’elle a de protecteur, de rassurant, de familier n’est pas la meilleure façon de s’ouvrir aux autres et au monde mais le plus sûr moyen de faire naître la peur et le rejet de l’autre. De renoncements en renoncements, de reniements en reniements, nous l’avons déjà abimée, au point que nous voici au pied du mur et le moment venu de savoir si nous voulons liquider la France ou travailler à sa renaissance.

 

Henri Guaino      

Président d’honneur

Rejoindre Notre France

Nous suivre

Nous écrire