• Pour un Peuple libre et maître de son destin
    Pour un Peuple libre et maître de son destin
  • Pour une Europe de la coopération entre les Nations
    Pour une Europe de la coopération entre les Nations
  • Pour une Nation refondée autour des valeurs de la République
    Pour une Nation refondée autour des valeurs de la République
  • Pour un État fort protecteur et reconnaissant le mérite
    Pour un État fort protecteur et reconnaissant le mérite
  • Pour une France d'avenir
    Pour une France d'avenir

Pourquoi Notre France ?

 

Les dernières élections ont bouleversé les clivages politiques. Une pensée unique, qui rejette dans la radicalité une majorité de Français, s’est installée au pouvoir. Ces radicalités ne pouvant s’unir, le risque est que notre démocratie se bloque jusqu’à ce qu’apparaissent des tensions mettant en danger l’unité du pays. Pour éviter de glisser sur cette pente fatale, il faut que renaisse sur la scène politique un grand mouvement, capable de réunir les classes populaires et les classes moyennes dans un rassemblement national qui dépasse les clivages partisans et les intérêts particuliers.

 

Nous sommes des Français de toutes origines, ouvriers, artisans, employés, fonctionnaires, chefs d’entreprise, cadres ou étudiants, tous unis autour d’une certaine idée de la France. Notre France, ce n’est pas celle qui se soumet à ce qu’on veut lui imposer. Notre France est libre et courageuse, juste et protectrice, ambitieuse et ferme sur ses principes. Notre France appartient à tous les Français.

 

Rejoignez-nous pour mobiliser et convaincre, influer sur les décisions locales et nationales, accéder à des responsabilités, et reprendre en main le destin de la France.

 

Martial Sciolla

Président    

Plaidoyer pour la Ve République, par Henri Guaino

 

Face à ceux qui veulent, pour faire face à la crise que travers la France, une transformation des institutions, Henri Guaino rappelle la valeur de la Constitution de la Ve République et le danger du court-termisme.

 

On aurait pu penser que la révolte du pouvoir d’achat déboucherait sur le procès de la mondialisation, de l’Europe, de la finance, de l’austérité, de la concurrence à tout crin, ou des dumpings sociaux et environnementaux, bref de tout ce, qui, de près ou de loin, contribue à fabriquer de la pauvreté, de l’exclusion, du chômage, des inégalités sociales et territoriales. Au lieu de quoi c’est le procès de la Ve République qui est instruit. C’est désormais à qui criera le plus fort haro sur la «monarchie républicaine».

 

Que tous les politiciens, les féodaux, petits ou grands, les notables, tous ceux que le général De Gaulle appelait les «notoires», qui ont toujours viscéralement détesté un Etat qui les gouverne, reviennent en rangs serrés en profitant des circonstances pour tenter une fois de plus d’abattre les institution de 1958 couronnées en 1962 par l’élection du président de la République au suffrage universel…. (lire la suite)

La réforme des institutions

La solidité des institutions est la condition nécessaire, même si elle n’est pas suffisante, d’une bonne politique.

 

Face à l’accélération des communications (internet, chaînes d’information en continu…), deux solutions opposées se font jour :

 

  • réduire le mandat des élus et en particulier du président de la République (cf. le passage au quinquennat en 2000 et, aujourd’hui, le projet de référendum révocatoire de FI)

 

  • revenir au septennat, ce qui implique de la part du président de la République des vérifications de sa légitimité par des référendums sur les sujets essentiels (comme le général de Gaulle l’a fait plusieurs fois sur l’Algérie). Malheureusement, en raison d’une fibre démocratique insuffisante, aucun successeur du général de Gaulle n’a osé suivre son exemple, craignant une issue analogue à l’expérience de 1969.

 

Pourtant, c’est cette seule solution qui permettrait de restituer l’équilibre des institutions, tant entre le président (chargé de la stratégie à long terme, de la Défense et de la politique étrangère) et son Premier ministre (chargé de la gestion des affaires courantes et de la direction du Gouvernement) qu’entre les pouvoirs exécutif et législatif. La réforme constitutionnelle de 2000 (quinquennat et inversion du calendrier) fut une catastrophe dont beaucoup sont conscients mais peu nombreux préconisent de revenir au septennat ; elle visait à supprimer tout risque de cohabitation, alors que cette situation constitue une possibilité de respiration démocratique.

 

S’agissant des référendums convoqués par le président de la République, il faudrait distinguer ceux qui portent sur les sujets essentiels (cf. supra) de questions qui portent sur des sujets importants mais non essentiels. Et il est opportun que, sur ces sujets, plusieurs questions soient simultanément posées afin d’éviter l’écueil classique de cet exercice lorsqu’il ne porte que sur 1 question, qui consiste à répondre à celui qui pose la question plutôt qu’à la question elle-même.

 

Enfin, à condition de fixer des critères suffisamment élevés pour les signatures, des référendums d’initiative populaire devraient pouvoir être organisés. Si le fonctionnement numérique donne des garanties, on pourrait éviter le déplacement aux urnes des citoyens et le coût élevé d’organisation de ces référendums. Faute de quoi, il faudrait organiser ces référendums le jour d’autres élections (municipales, départementales, européennes), afin d’en limiter le coût d’organisation tout en attirant les électeurs vers les urnes.

 

 

Jean-Jacques Chaban-Delmas

Henri Guaino : notre Président d'Honneur

La Nation est redevenue la grande question politique de notre temps. Parce que la Nation, une fois de plus dans l’histoire, se défait.

 

Faisons de la politique autrement qu’avec les mots de la publicité posés sur les idées à la mode. Parlons des sujets sérieux, des grands choix politiques et d’abord le premier d’entre eux. Au milieu des bouleversements du monde et de la société, contre l’air du temps, pour garder l’équilibre et rester libres, il nous faut refaire une Nation, remettre de l’ordre dans les institutions, la société et l’économie, tout en impulsant le mouvement qui porte à aller de l’avant les hommes et les peuples.

 

Refaire une Nation c’est redonner au peuple la capacité à dire non à tout ce qui menace de l’asservir. Refaire une Nation, c’est rendre sa souveraineté au peuple contre tout ce qui la confisque : gouvernement des juges, autorités indépendantes, effacement des frontières, dumpings de toutes sortes, libre échange intégral, marchés dérégulés, fédéralisme. Refaire une Nation, c’est exigeant. C’est mobiliser toutes les forces vives de la Nation contre la désintégration sociale et culturelle, l’entre soi des communautarismes (ethniques, religieux, linguistiques, régionalistes…), le culte des origines, la guerre des mémoires, en leur opposant l’égalité des droits et des devoirs, l’assimilation qui est le partage d’une histoire, d’un art de vivre, d’une culture, d’une politesse, d’un imaginaire commun ; en leur opposant le refus obstiné de tout séparatisme culturel, mais aussi la récompense du mérite, de l’effort, du travail, la reconnaissance du talent et de la solidarité nationale pour les perdants d’une mondialisation qui n’est pas toujours heureuse et pour ceux que les accidents de la vie, la maladie, l’âge poussent à l’écart et auxquels il doit être permis de vivre dignement dans la société. L’ordre et le mouvement, la fermeté des principes et la générosité, le cœur et la raison.

 

La Nation est un partage et une exigence : nous ne partageons pas bien et nous avons perdu de vue l’exigence. La France est un trésor que chaque génération depuis des siècles a enrichi. Nous lui devons d’être ce que nous sommes et d’abord un peuple libre qui peut choisir de vivre comme il le souhaite et d’écrire lui-même son histoire. Le nationalisme est dangereux. Mais le reniement de la Nation dans ce qu’elle a de protecteur, de rassurant, de familier n’est pas la meilleure façon de s’ouvrir aux autres et au monde mais le plus sûr moyen de faire naître la peur et le rejet de l’autre. De renoncements en renoncements, de reniements en reniements, nous l’avons déjà abimée, au point que nous voici au pied du mur et le moment venu de savoir si nous voulons liquider la France ou travailler à sa renaissance.

 

Henri Guaino      

Président d’honneur

Rejoindre Notre France

Nous suivre

Nous écrire